La bonne étoile

07 juin 2011

Une maladie méconnue : la psychose des fonds de culotte

00sans culotte (2)Pour mon grand retour sur la blogosphère, j’ai décidé de traiter d’un sujet grave, sérieux, avec lequel il ne faut pas rigoler : notre petite culotte. Ou plutôt la relation d’amour / haine, de fascination / répulsion qu’entretient toute femme avec ses slips, tangas ou autres shorties lors des essais bébé classiques, d’un parcours en assistance médicale à la procréation, puis lors d’une grossesse. Que du glamour quoi.

Je m’explique.

Le désir d’enfant ou les débuts de l’addiction
Tout commence le jour merveilleux où, des étoiles plein les yeux, un couple jeune, beau et plein d’avenir se dit avec des trémolos dans la voix : « Et si on faisait un bébé ? ». A ce moment précis, sans que l’on s’en doute un seul instant, vient de s’enclencher un mécanisme fatal qui va nous rendre, nous les filles, et parfois même un peu nos hommes, accrocs à la vérification de petite culotte pendant au mieux des mois, au pire des années.

On arrête la pilule. Pour que le bébé tant attendu pointe le bout de sa frimousse, il faut bien évidemment viser juste, c’est-à-dire faire touktouk (merci Miss Faithful pour cette choupinette expression) au moment de l’ovulation, enfin juste avant. Et comment fait-on pour savoir quand on ovule hein ??? Je mets au défi toute fille qui n’a jamais fait d’essais bébé d’en repérer les signes annonciateurs. Heureusement les laboratoires pharmaceutiques ont pensé à nous et concocté des tests d’ovulation. Super, y’a plus qu’à faire pipi sur la languette et attendre le verdict, en plus ça nous entraîne aux tests de grossesse. Sauf que les tests d’ovulation ça coûte cher, c’est rébarbatif (faire pipi plusieurs jours de suite sur la languette on a quand même autre chose à faire), c’est tue-l’amour (« Chéri, garde ton caleçon, faut que j’aille voir si j’ovule »). Passe encore quand on tombe enceinte rapidement. Mais par ici, vous le savez bien, ce n’est pas vraiment au programme. Et quand on attend des mois, puis des années, on jette ces foutus tests à la poubelle.

Et alors comment fait-on pour savoir qu’on ovule ??? C’est tout simple, il suffit de surveiller sa petite culotte religieusement. Et c’est là que le glamour et la séquence éducative commencent. Parce que, quand on va ovuler, normalement, on retrouve dans ses fonds de slip une merveilleuse glaire transparente et élastique. Celle-là même qui va aider les petits spermatozoïdes à remonter tout le bordel féminin jusqu’à l’ovocyte. Une fois qu’on a compris ça, on est foutu, on est définitivement accroc à la vérification maladive de ses fonds de culotte.

Après, il y a aussi l’attente des règles ou des non-règles : va-t-on être enceinte ce mois-ci ? Et qui sera la première à nous annoncer la mauvaise nouvelle hein ? Ben voui notre petite culotte, qu’on commence sacrément à détester.

Ensuite, il y a les doutes entre deux FIV. Personnellement, j’ai eu le bonheur de ne pas connaître ça. Mais combien de filles ont connu les dérèglements liés aux traitements hormonaux (n’oublions pas qu’une FIV c’est au minimum 2 picouzes par jour pendant 15 jours) ? Après avoir subi le verdict négatif du test de grossesse, vient le questionnement : est-ce que j’ai mes règles ou non ? Comprenez : est-ce que les traces jaunes, marron, orangées que j’admire sur le coton ou la dentelle de mon slip sont bien des règles ? Oui c’est glamour, je vous avais prévenu.


La grossesse ou l'aggravation de la psychose
Il ne faut pas croire qu’une fois enceinte le psychottage de fond de culotte s’arrête. Car c’est encore pire. Perso, j’ai dû passer des heures aux toilettes les premières semaines à aller vérifier si je n’avais pas de pertes de sang.
Puis l’angoisse des pertes de sang passe un peu mais il y a les autres pertes. Et on se retrouve à aller voir sur Google si d’autres filles ont, comme nous, eu des pertes jaunâtres-orangeâtres-brunâtres à 8 semaines de grossesse, 3 jours, 4 heures et 52 minutes…
Passé le premier trimestre, on se détend un peu et on lâche un peu sa petite culotte. Mais quand même docteur, c’est normal ces tâches blanchâtres-transparentes-et-visqueuses ??

Et là, alors qu’on commence à peine à faire la paix avec ses dessous, voilà qu’on rentre dans le 9ème mois de grossesse. Et là, au cours de préparation à l’accouchement, la sage-femme nous parle de la fissure de la poche des eaux. Késako ? Ben, en fin de grossesse, on perd les eaux c’est bien connu. Parfois on les perd pendant l’accouchement, parfois à la maison, dans le bus, au restaurant, dans la rue. Bref n’importe où. Quand il s’agit d’une rupture nette et franche, ça dégouline et ne laisse pas place au doute. Direction la maternité.

Mais il arrive aussi qu’il y ait une fissure de la poche des eaux. Et la fissure c’est une vraie saloperie, une vraie vicelarde qui nous fait renouer brutalement avec notre addiction à la vérification de fond de culotte. Car la fissure peut se manifester par de petits écoulements discrets. Comme des gouttes d’eau. Et dans le doute, il vaut mieux aller vérifier auprès d’une sage-femme.


Résultat sur une anxieuse comme moi : 4 jours après le cours où on m’a parlé de la fissure, j’étais à la maternité. Docteur, j’ai eu de grosses pertes ce matin, pas comme d’habitude. Et là on ne se fout pas du tout du tout de votre poire au contraire : on vous demande des détails. Est-ce que les pertes étaient liquides ? Blanches ? Transparentes ? Visqueuses ? Régulières ? Isolées ? Colorées ? Votre slip était-il trempé ou juste légèrement humide ? Et malgré des mois d’expérience, on ne sait pas toujours quoi répondre !

Heureusement qu’à la maison on a montré notre culotte… à notre mari… ! « Chéri, tu veux pas me dire ce que tu penses de mes pertes ? » Et la honte suprême c’est d’avoir le mari qui répond aux questions à votre place : « Non, non c’était pas visqueux je vous le garantis, je l’ai vu de mes propres yeux ».


Voilà à quoi mène la psychose du fond de culotte : à une disparition totale de la moindre pudeur entre un homme et sa compagne (sans compter les innombrables fois où le mari a assisté aux écho et autres touchers vaginaux de sa femme, mais ça c’est une autre histoire).

Mais je vais vous dire : je m’en fous. Jusqu’à la fin de la grossesse et si j’ai encore des doutes, je materai religieusement mes fonds de culottes et les montrerai à mon prince charmant si besoin. Et puis après, j'aurais d'autres fonds de couche à regarder avec amour. L'addiction n'a pas de fin.

Posté par BonneEtoile à 19:00 - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

Commentaires

    excellent tout simplement !

    ... à quand un article sur la psychose du "tatage" des seins ?

    Posté par anne, 07 juin 2011 à 21:09
  • Aaaaaahhhh! Tu m'as volé mon billet je voulais faire quasiment le même la semaine prochaine! nan mais lol, les grands esprits se rencontrent!

    Posté par faithfullyyours, 08 juin 2011 à 13:29
  • aaahhh une reviendue!!!trop chouette!

    ARfffff un post de toi, oulahhh !!yess ben même pas le temps de le lire snif snif il a l'air appétissant ouarff, ben je me le garde au chaud un peu, je reviens le lire avec un thé parce que ça fait plaisir d'avoir des nouvelles lol!!! bisous à plus tard alors!j'espère tu vas bien.bisous

    Posté par evelevetoi, 08 juin 2011 à 19:07
  • il fallait oser...

    Mais que de vérités vécues dans ton post, enfin jusqu'au désespoir des fonds de culottes rouges puisque la grossesse ne m'a jamais atteinte...

    bises
    Séverine

    Posté par maman de choucho, 09 juin 2011 à 09:07
  • Posté par La Mère Joie, 09 juin 2011 à 21:23
  • @anne : ah oui la psychose du tatage de sein je l'ai eue aussi !!!!
    Mais j'ai quand même moins d'expérience en la matière qu'en fond de culottes...

    @Missfaithful : oh ben désolée... C'est vrai que tu m'as toujours fait marrer avec tes posts racontant tes histoires de fond de culotte !

    @evelevetoi : tu fais comme tu veux hein mais avec le thé je conseille pas quand même !

    @mamandechoucho : je suis allée faire un tour sur ton site et ta princesse de Chine est tout simplement un amour de petite fille ! Je vais prendre le temps de te lire !

    @La mère joie : Merci ! <3

    @ toutes : désolée mais Canalblog ne me permet hélas pas de répondre individuellement à chacune d'entre vous (à moins que je n'ai pas trouvé la fonctionnalité)... Merci à toutes en tout cas !

    Posté par BonneEtoile, 09 juin 2011 à 22:23
  • Je découvre votre blog ce jour, vous pouvez répondre directement aux com' laissés ici via votre boîte mail pour cela :
    - connectez vous à canalblog
    - paramètres
    - Vous entrez votre adresse email
    - vous cliquez en dessous sur "oui"
    - Mettre à jour les info
    Et désormais vous recevrez les commentaires sur votre blog et sur votre adresse mail.
    Voilà voilà !!!

    Posté par m., 10 juin 2011 à 13:25
  • A y est!trop bien dit ton post,mais moi y me tarde de mater mes fonds de culottes!
    Même si j'en rage !
    nan ce qui me désole et que je connais pas ces les touches vaginaux avec le chéri en live...bouh ça je le sens pas!
    bisous ma belle.

    Posté par evelevetoi, 11 juin 2011 à 09:11
  • reuh je reviens ,j'ai trop honte de mes fautes...
    c'est les touchers vaginaux bouhh avec l'homme à côté bou du con!!!!l'horreur!j'aime pas ça!biyous

    Posté par evelevetoi, 11 juin 2011 à 09:13
  • T'inquiète evelevetoi, pour les touchers vaginaux et autres écho envaginales, il pourra sortir ton dragon, nous on est arrivé à un niveau d'impudeur rarement atteint !!
    En tout cas, tu es une future obsédée des fonds de culotte !!

    Posté par BonneEtoile, 11 juin 2011 à 11:04
  • Aaaaaaaaaah mais comment que c'est trop vrai !! Et puis après l'accouchement tu surveilles aussi pour savoir si les saignements diminuent (je te rassure, c'est loin d'être aussi prise de tête), et je suppose qu'après on guette le retour des règles.
    Pendant les essais bébé et en fin de grossesse je choisissais les culottes en fonction de leur couleur pour être sûre de pouvoir détecter la moindre trace de sang

    Posté par Vaallos, 11 juin 2011 à 12:09
  • Ahhhhh je me marre, je crois qu'on a TOUTES le nez dans le fond de notre culotte.
    En te lisant je me revois quelques mois en arrière.

    Posté par CaroLaCheChe, 11 juin 2011 à 14:40
  • Et c'est donc avec ce billet que je découvre ce blog : miam !
    Mais il faut bien qu'on en parle, hein. Je veux dire, y'a ptete des personnes à qui ça peut servir, ne serait-ce que si elles se disent "tiens je ne suis donc pas la seule !"
    Culotte Power !

    Posté par Purplenessa, 11 juin 2011 à 14:53
  • j'aime découvrir un blog avec un tel article! j'en peux plus de rire, c'est tellement vrai!!!! C'est un véritable sport l'observation du fond de culotte!!!
    Mes toutes toutes premières de grossesse, à chaque fois que j'allais aux toilettes j'ai été étonnée de ne pas y voir l’apparition soudaine de règles ultra tardives. Je m'attendais à les voir débarquer du jour au lendemain.
    Maintenant ça s'est calmé...mais j'observe toujours les fluctuations...


    Ps: j'allais appuyer sur "envoyer" quand j'ai lu ton commentaire sur mon blog. C'est une jolie coïncidence!!!

    Posté par Laptitegrainefol, 11 juin 2011 à 15:04

Poster un commentaire